Un pilier 3a vaut-il la peine ?

Com­me l’affaire est clai­re, on ne traî­ne pas : oui, un pilier 3a vaut la pei­ne.
La rai­son est simp­le : les ver­se­ments au tit­re du pilier 3a peu­vent être déduits du revenu impo­sable. De cet­te maniè­re, une par­tie des ver­se­ments du pilier 3a est qua­si auto­fi­nan­cée par les éco­no­mies d’im­pôt (ren­de­ment sans ris­que).

En out­re, les avoirs du régime de pré­voyan­ce ne sont pas impo­sables. Vous éco­no­mi­sez donc l’impôt sur les reve­nus tels que les inté­rêts ou les divi­den­des, ain­si que l’impôt sur la for­tu­ne, et ce, année après année.

Réduction de l’impôt sur les retraits

Bien qu’un impôt soit pay­a­ble sur le retrait du capi­tal, il s’agit d’un impôt rédu­it qui est infé­ri­eur à l’impôt sur le revenu. Vous éco­no­mi­sez donc plus d’impôts avec le dépôt que vous n’en paye­rez au moment du retrait. Quel­ques exemp­les de cal­culs :

10 ansImpôts sur le revenu
Ver­se­ment 2020–2029 de CHF 6’826 p.a.Éco­no­mie d’im­pôt : CHF 18’780
Retrait 2030 (CHF 68’260)Impôt payé : CHF 3’317
Total des éco­no­mies d’im­pôtCHF 15’463
20 ansImpôts sur le revenu
Ver­se­ment 2020–2039 de CHF 6’826 p.a.Éco­no­mie d’im­pôt : CHF 37’560
Retrait 2040 (CHF 136’520)Impôt payé : CHF 7’462
Total des éco­no­mies d’im­pôtCHF 30’098
30 ansImpôts sur le revenu
Ver­se­ment 2020–2049 de CHF 6’826 p.a.Éco­no­mie d’im­pôt : CHF 56’340
Retrait 2050 (CHF 204’780)Impôt payé : CHF 12’569
Total des éco­no­mies d’im­pôtCHF 43’771
40 ansImpôts sur le revenu
Ver­se­ment 2020–2059 de CHF 6’826 p.a.Éco­no­mie d’im­pôt : CHF 75’120
Retrait 2060 (CHF 273’040)Impôt payé : CHF 21’105
Total des éco­no­mies d’im­pôtCHF 54’015

Hypo­thè­se : Céli­ba­taire, réfor­mé, sans enfant, vil­le de Zurich, revenu de 100’000 CHF, retrait pas la même année que la cais­se de retrai­te

Plusieurs comptes 3a pour les retraits échelonnés

Com­me l’impôt est pro­gres­sif au moment du ver­se­ment, il vaut la pei­ne d’avoir plu­sieurs comp­tes 3a et de les reti­rer ensui­te par étapes. Cela per­mett­ra de rédu­i­re encore l’im­pôt sur les retraits de avoirs 3a.

Le retrait avant la retraite n’est possible que dans des cas exceptionnels

L’argent ver­sé dans le pilier 3a est géné­ra­le­ment immo­bi­li­sé jusqu’à la retrai­te. Tou­te­fois, les sol­des cré­di­teurs 3a peu­vent  être reti­rés dans les cas sui­v­ants :

  • con­strui­re ou fai­re l’acquisition de vot­re prop­re loge­ment
  • deve­nir indé­pen­dant (en tant qu’entreprise indi­vi­du­el­le sans Sàrl ou SA) ou
  • émigrer à l’étranger.

Il faut exploiter l’horizon d’investissement à long terme

Com­me l’argent du pilier 3a ne peut géné­ra­le­ment être reti­ré qu’à la retrai­te, la plu­part des éparg­nants 3a ont un hori­zon de pla­ce­ment extra­or­dinaire­ment long. Un hori­zon d’investissement à long ter­me rend pos­si­ble les pla­ce­ments en titres avec des actions. Les cri­ses finan­ciè­res peu­vent être lis­sées et les per­tes tem­por­ai­res ne néces­si­tent pas d’être réa­li­sées.

Le pilier 3b n’est pas déductible fiscalement

Ici et là, on ren­cont­re éga­le­ment le con­cept de pilier 3b. Cepen­dant, le pilier 3b n’est rien d’autre qu’une éparg­ne libre avec des avoirs libres. Les poli­ces d’assurance du pilier 3b sont éga­le­ment des poli­ces d’assurance tout à fait nor­ma­les. Ils n’ont ni avan­ta­ges fis­caux ni carac­tè­re de pré­voyan­ce léga­le. En con­sé­quence, ces avoirs et les reve­nus qui en décou­lent doiv­ent être décla­rés dans la décla­ra­ti­on d’impôts.