Que dit la loi ?

Seuls les placements collectifs de capitaux agréés par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) sont autorisés dans une institution de libre passage (art. 19a OEF). A ce jour, aucun fonds/ETF agréé ne figure sur la liste de la Finma. Ainsi, il n’est pas encore possible d’investir dans les crypto-monnaies avec le libre passage.

Les choses s’annoncent mieux pour le pilier 3a. Les règles de placement des fondations de prévoyance 3a sont moins rigides que celles des fondations de libre passage. Il est donc en principe possible de proposer des crypto-monnaies dans le cadre de placements alternatifs.

Quels sont les types de produits ?

Les produits négociés en bourse peuvent être divisés en trois sous-catégories.

  • Les ETF (Exchange Traded Funds) : Les ETF suivent un indice, un secteur ou un thème. Ils offrent un accès simple et largement diversifié à un marché. En outre, en tant qu’actifs spéciaux, ils sont protégés contre l’insolvabilité de la société d’investissement.
  • ETNs (Exchange Traded Notes) : Les ETN vous donnent la possibilité d’investir dans des devises. Les ETN sont des titres de créance. Les actifs investis dans les ETN ne sont donc pas protégés contre l’insolvabilité de l’émetteur. En d’autres termes, en tant qu’investisseur, vous avez un risque de contrepartie.
  • ETCs (Exchange Traded Commodities) : Avec les ETC, vous pouvez investir dans des matières premières/métaux précieux individuels. Comme les ETN, les ETC comportent également un risque de contrepartie.

Etant donné que chez finpension nous nous concentrons sur une solution transparente, le fonds crypto ne doit, si possible, pas comporter de risque de contrepartie. Par conséquent, seuls les ETF sont retenus.

Quels sont les ETF crypto disponibles sur le marché ?

Tout récemment, le Canada a approuvé ses deux premiers ETF en crypto-monnaies :

  • CI Galaxy Bitcoin
  • CI Galaxy Ethereum

En 2019, des fournisseurs de fonds tels que VanEck ont également demandé une approbation aux États-Unis, qui a été refusée. À la fin de l’année dernière, VanEck a déposé une nouvelle demande d’approbation pour un ETF sur le bitcoin. Sur le marché, on espère que les premières approbations au Canada forceront la main de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine.

Combien coûtent les fonds crypto ?

Comme l’offre de produit est encore restrainte sur le marché et que les grands acteurs manquent encore à l’appel, les prix sont en conséquence élevés. Les frais de gestion les plus bas sont encore de 0,95 % par an. Certains fournisseurs ajoutent des frais d’entrée (par exemple 1,271 % chez Vontobel), des frais de distribution (par exemple 1 % chez Sebax), des commissions de performance (par exemple 20 % chez Systematic DLT Funds) et/ou des frais de souscription/rachat (par exemple 1,5 % chez Systematic DLT Funds). Selon le produit, il en résulte un ratio de dépenses total (TER) de plus de 4 % par an (par exemple, le Systematic DLT Funds a TER total de 3,58 % hors commission de performance).

Que faisons-nous chez finpension ?

Nous sommes bien-entendu très intéressés par le sujet et nous le suivons de près. Cependant, pour le moment, nous avons pris la décision délibérée de ne pas proposer de crypto-monnaies à nos clients. Il y a trois raisons à cela :

  • Des coûts élevés : actuellement, notre solution de prévoyance 3a prévoit un tarif forfaitaire de 0,39 % plus TVA. Un TER d’environ 4 % l’augmenterait considérablement et ne correspond pas à notre philosophie en matière de placement.
  • Contraire à notre principe de base (simple et transparent) : étant donné que certains produits présentent un risque de contrepartie ou ne sont pas entièrement investis en crypto-monnaies, cela implique beaucoup d’explications. Cela va à l’encontre de notre principe de base (simplicité).
  • Le défi de la dénomination : avec les fonds que nous utilisons actuellement, vous avez la possibilité de négocier 0,001 unité. Avec les ETN et les certificats, vous devez généralement acheter des unités entières. Cela signifie que l’investisseur doit investir un certain montant (généralement environ 1 000 CHF). De plus, il perd de la flexibilité dans le rééquilibrage et l’ajustement de la stratégie.

Même si nous avons décidé de ne pas le faire pour le moment, nous pouvons imaginer proposer des crypto-monnaies comme investissement alternatif à l’avenir. Notamment comme alternative à l’or. Certes, l’or n’est pas une composante des stratégies standard. Cependant, l’or peut déjà être utilisé dans une stratégie individuelle aujourd’hui. Et ce, malgré le fait que, d’un point de vue fiscal, une stratégie axée sur le revenu est généralement à privilégier dans la prévoyance.