Taux de couverture

Si l’on com­pa­re l’obligation de cou­ver­tu­re d’u­ne insti­tu­ti­on de pré­voyan­ce avec ses avoirs, on obti­ent le taux de cou­ver­tu­re. Si le taux de cou­ver­tu­re est supé­ri­eur à 100 %, l’institution de pré­voyan­ce dis­po­se de plus d’avoirs que requis (cou­ver­tu­re excé­den­taire). Si le taux de cou­ver­tu­re de l’institution de pré­voyan­ce est infé­ri­eur à 100 %, l’institution est en des­sous du seuil obli­ga­toire (sous-finan­ce­ment).

Le taux de cou­ver­tu­re dépend, ent­re autres, du taux d’inté­rêt tech­ni­que app­li­qué. Le taux d’in­té­rêt tech­ni­que est uti­li­sé pour cal­cu­ler les inté­rêts com­po­sés sur les avoirs de retrai­te. Si le taux d’in­té­rêt tech­ni­que est fixé à un niveau éle­vé, le taux de cou­ver­tu­re est éga­le­ment plus éle­vé. Lors de l’éva­lua­ti­on de la soli­di­té d’u­ne insti­tu­ti­on de pré­voyan­ce, il faut donc tou­jours tenir comp­te des deux com­po­san­tes, le taux de finan­ce­ment et le taux d’in­té­rêt tech­ni­que.

En règ­le géné­ra­le, le taux de finan­ce­ment est rédu­it de 5 points de pour­cen­ta­ge au maxi­mum si le taux d’in­té­rêt tech­ni­que est rédu­it de 0,5 point de pour­cen­ta­ge.

This entry was posted in . Bookmark the permalink.