Règle d’or

Si vous tra­vail­lez de façon con­ti­nue jus­qu’à vot­re retrai­te, les avoirs de pré­voyan­ce léga­les de la pré­voyan­ce pro­fes­si­on­nel don­nent lieu à un avoir de pré­voyan­ce qui, con­ver­tie, cor­re­spond à une ren­te de 34 % de vot­re der­nier salai­re coor­don­né (au taux de con­ver­si­on de 6,8 %).

Tou­te­fois, ce rap­port ent­re la ren­te et le salai­re n’est att­eint que si la règ­le d’or est app­li­quée. Cet­te règ­le sti­pu­le que le taux d’in­té­rêt sur les avoirs de pré­voyan­ce doit être égal aux aug­men­ta­ti­ons moy­ennes des salai­res. Avec la règ­le d’or, le rap­port ent­re vot­re salai­re coor­don­né et la ren­te de vieil­les­se pro­je­tée au moment de la retrai­te ordinaire reste tou­jours le même, que les taux soi­ent de 1 % ou 2 %.

La règ­le d’or est décisi­ve pour le cal­cul de l’a­dé­qua­ti­on des plans de pré­voyan­ce. La règ­le d’or limi­te le taux d’in­té­rêt qui peut être app­li­qué aux inté­rêts com­po­sés. Il ne peut être fixé qu’à haut­eur des aug­men­ta­ti­ons de salai­re moy­ennes. Un taux d’in­té­rêt de 1,5 à 2 % est accep­té à des fins fis­ca­les.

This entry was posted in . Bookmark the permalink.